Discutons tard ce soir...

12 avril 2006

[Energie] 70 $ le baril !

par pgg.au à 19:59

Ca y est, le baril a atteint un score pas vu depuis longtemps :
Pétrole (Londres) 70.14 USD+0.56%
Boursorama

Pourquoi suis-je content ? Eh bien comme le dit un ami à moi : "Conservons notre démocratie en commençant par augmenter le prix de l'essence."

Le livre suivant expose une thèse sur le prix du pétrole :


Je n'ai pas encore lu le livre mais voici un résumé (vous trouverez aussi sur le site de l'auteur d'autres informations, plus chiffrées, avec des preuves plus crédibles) :

Le prix du pétrole est sous-estimé depuis longtemps. Si nous étons, comme le croient certains, dans un contexte de libre concurrence, il serait indexé suivant sa rareté. Or, depuis, longtemps, le pétrole est l'objet de guerres qui n'ont qu'une incidence: empêcher les pays producteurs d'appliquer le prix naturel. D'un autre côté, le prix du pétrole ne tient pas compte du coût de sa pollution; alors qu'en l'achetant nous devrions payer le prix de la dépollution de l'air à nos générations futures (comme par exemple de grands frigos pour lutter contre le Réchauffement).

Le livre propose de taxer nettement plus fortement le pétrole, afin d'y intégrer son coût pour la planète et pour nos enfants. D'abord, cela aurait un effet "comparatif" tout-à-fait libéral: les entreprises et les particuliers pourraient comparer le prix des énergies et opter, dans un contexte tout-à-fait libéral de rentabilité, pour de l'énergie propre. Indirectement, cela favoriserait grandement les recherches françaises pour lesdites énergies.

Deuxième effet escompté: prémunir la France contre les chocs du pétrole. N'oubliez pas que, dans dix ou quinze ans, nous aurons atteint le maximum de production, et que celle-ci ne pourra plus que diminuer. Cette diminution ne se fera pas sans dommages, et les pays les plus dépendants devront livrer une bataille sans merci pour conserver leurs ressources d'énergie, tant sur le plan public (la guerre) qu'en favorisant les réseaux de corruption et les pactes avec les régimes totalitaires (le Moyen-Orient et la Russie, dont l'Europe sont dépendants, en sont des spectacles dépitants). Plus nous intégrons tôt le coût du pétrole (guerres, corruption, coût diplomatique, épuisement des ressources et réchauffement définitif de la planète), plus nous opterons rapidement pour des énergies renouvelables indépendantes de la diplomatie du pétrole.

Troisième effet: l'argent resterait dans nos pays. L'état pourrait choisir son utilisation: "rendre" cet manne aux citoyens en abaissant d'autres impôts, construire des biens communs... Nous serions donc autant riches au niveau national. Vous allez me dire: "encore faut-il que notre état en fasse bon usage"... oui, mais: A l'inverse, si l'on n'augmente pas ces taxes tout-de-suite, nous donnons littéralement cet argent aux régimes producteurs de pétrole, qui en font un usage bien pire ! Et cela signifie aussi continuer de s'engager sur la voie de la dépendance, ce qui les met en position de force pour, plus tard, nous extorquer le reste de la facture.

En résumé, puisque "si on brûle tout, on crâme la planète", puisque "si on continue d'acheter, on pourrit notre civilisation", utilisons des ficelles du libéralisme pour assainir notre pays.

Libellés :

3 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home


 
pacte écologique
Xiti, Analyse d'audience
marqueur eStat'Perso