Discutons tard ce soir...

19 avril 2006

[Environnement] OGM, action importante !!!

par Pio à 14:11

Un projet de loi français est sur le point d'être entériné (mai 2006) concernant la coexistence des cultures OGM et non-OGM. Ce projet de loi, dans l'état actuel, ne permet pas de garantir une gestion des risques suffisante.
Parallèlement, une consultation du public est faite préalablement à l'autorisation de parcelles OGM.

Il est extrêmement important que chacun donne son avis (même positif!) pour cette consultation (il suffit d'envoyer un mail, c'est très simple et ca prend 2mn !) ; il est aussi très important de faire savoir à son député son avis (lien pour obtenir l'adresse et le mail de son député).

Je joins donc en commentaire de ce billet le texte de ma lettre à mon député, en espérant qu'il puisse vous donner des éléments d'information et vous inspirer... agissez SVP, ça me semble d'une importance capitale.


78 % des Français veulent une interdiction provisoire des OGM (sondage BVA/Agir pour l'Environnement). Mais il s'agit de faire entendre sa voix pour obtenir une décision démocratique.

Libellés :

2 Comments:

  • Voici la lettre que j'envoie à mon député. Ce texte est librement copiable et même (de préférence) modifiable.

    Même si vous n'écrirez à votre député (ou à la consultation publique) qu'un petit paragraphe (ca prend quelques minutes!), ce sera déjà quelque chose.



    ==================================
    Monsieur,

    Je vous remercie de votre réponse du 13 Mars 2006.
    Comme vous le dites, il ne s'agit pas d'être « pour » ou « contre » ; il s'agit simplement pour moi de me renseigner sur tous les avis et expertises sur le sujet des OGM, afin de m'en faire une opinion propre la plus objective possible. J'ai donc consulté l'avis et les informations données par le gouvernement (notamment sur le site www.ogm.gouv.fr), des articles de journaux, des dossiers d'associations pro- et anti-ogm, et des compte-rendus d'expertises scientifiques. A la lueur de mes recherches, il m'apparaît des risques et effets négatifs non négligeables qui demanderaient une prudence exemplaire, afin de préserver le futur de nos sociétés.
    Ainsi, je constate des risques environnementaux non négligeables : la culture d'OGM résistants à certains pesticides (ce qui représente une grande part des cultures d'OGM dans le monde) a entraîné une utilisation plus massive de ces pesticides ; les plantes OGM résistants à certains ravageurs produisent elles-mêmes des toxines insecticides en continu, en quantités plus importantes qu'une application externe de l'insecticide1 ; on constate partout des cas de contaminations OGM des plantes et champs non OGM alentours (comme par exemple en Espagne) ; de plus les études de la Royal Society britannique sur les impacts du colza transgénique concluent à une baisse significative de la biodiversité de ces champs.
    Je constate aussi des risques sanitaires alarmants, au vu des quelques études actuellement publiques et indépendantes : ainsi le CSIRO (« CNRS » Australien) ont constaté la production d'anticorps marqueurs d'une réaction allergique des souris nourries de pois OGM ; l'Université italienne d'Urbino sur des rats nourris au soja OGM, montre des modifications dans les noyaux des cellules du foie ; l'Université norvégienne de Tromsö montre qu'un élément des constructions génétiques utilisées pour modifier une plante2, peut susciter l'expression de gènes dans des cellules humaines en culture. Même l'étude fournie par Monsanto au CGB concernant l'effet du MON863 sur les rats (tout d'abord tenus confidentiels : la transparence n'était donc pas garantie...) montre des anomalies biologiques (augmentation des globules blancs, baisse des globules rouges, glycémie élevée, augmentation du poids des reins et du foie, organes de régulation de la toxicité).
    Il semblerait donc que la barrière des espèces, qui isole normalement chaque espèce des maladies des autres espèces, ne soit pas préservée par l'utilisation des OGM : devons-nous risquer d'autres scandales de masse comme ceux de la vache folle (ESB) ou de la grippe aviaire ?

    Dans le projet de loi actuel, un seuil de 0,9% d'OGM est autorisé avant l'étiquetage des produits de consommation ; vous parlez d'« étiquetage obligatoire [laissant] le libre choix aux consommateurs », mais aucun étiquetage n'est prévu pour les produits d'animaux nourris aux OGM ; la consultation du public effectuée en 2005 préalablement à la mise en culture de parcelles OGM n'a pas été prise en compte (opinions majoritairement opposées) ; les cultures ne seront pas recensées au niveau communal, ce qui ne permet pas aux maires de mettre en place des mesures de précaution supplémentaires (isolement des parcelles OGM...) ; enfin l'exploitant OGM est simplement soumis à une taxe, ce qui le déresponsabilise de toute contamination, qu'il ne devra pas indemniser personnellement.
    Je constate donc une dérive de notre démocratie : 78% des Français souhaitent une interdiction temporaire des OGM, mais la majorité des députés et sénateurs légalisent le projet de loi autorisant la coexistence des cultures OGM et non-OGM.

    Je vous demande donc, au nom de votre fonction représentative de député, de prendre en compte non seulement la ligne de votre Parti politique, mais aussi de prendre en compte de nombreuses sources d'informations et les avis des citoyens que vous représentez, au travers des lettres, sondages, consultations publiques. Je vous le rappelle, 78% des Français souhaitent une interdiction provisoire des OGM. Au vu des problèmes de notre époque, les clivages politiques et économiques n'ont que peu d'importance devant les préoccupations de santé et d'environnement.

    Je vous prie d'agréer, Monsieur de Député, l'expression de mes salutations distinguées.
    ===============================

    By Blogger Pio, at mercredi 19 avril 2006 à 14:27:00 UTC+2  

  • Madame,



    Un projet de loi français est sur le point d'être entériné (mai 2006) concernant la coexistence des cultures OGM et non-OGM.

    Il me semble que ce projet de loi, dans l'état actuel, ne permet pas de garantir une gestion des risques suffisante.



    En qualité de jeune ingénieur de l’INSA de Lyon, je me suis renseigné sur tous les avis et expertises sur le sujet des OGM, afin de m'en faire une opinion propre la plus objective possible. J'ai donc consulté l'avis et les informations données par le gouvernement (notamment sur le site www.ogm.gouv.fr), des articles de journaux, des dossiers d'associations pro- et anti-ogm, et des compte-rendus d'expertises scientifiques.

    A la lueur de mes recherches, il m'apparaît des risques et effets négatifs non négligeables qui demanderaient une prudence exemplaire, afin de préserver le futur de nos sociétés.


    Ainsi, je constate des risques environnementaux non négligeables : la culture d'OGM résistants à certains pesticides (ce qui représente une part de plus en plus importante des cultures d'OGM dans le monde) a entraîné une utilisation plus massive de ces pesticides ; les plantes OGM résistants à certains ravageurs produisent elles-mêmes des toxines insecticides en continu, en quantités plus importantes qu'une application externe de l'insecticide ; on constate partout des cas de contaminations OGM des plantes et champs non OGM alentours (comme par exemple en Espagne) ; de plus les études de la Royal Society britannique sur les impacts du colza transgénique concluent à une baisse significative de la biodiversité de ces champs.


    Je constate aussi des risques sanitaires alarmants, aux vues des quelques études actuellement publiques et indépendantes : ainsi le CSIRO (« CNRS » Australien) ont constaté la production d'anticorps marqueurs d'une réaction allergique des souris nourries de pois OGM ; l'Université italienne d'Urbino sur des rats nourris au soja OGM, montre des modifications dans les noyaux des cellules du foie ; l'Université norvégienne de Tromsö montre qu'un élément des constructions génétiques utilisées pour modifier une plante, peut susciter l'expression de gènes dans des cellules humaines en culture.



    Même l'étude fournie par Monsanto au CGB concernant l'effet du MON863 sur les rats (tout d'abord tenus confidentiels : la transparence n'était donc pas garantie...) montre des anomalies biologiques (augmentation des globules blancs, baisse des globules rouges, glycémie élevée, augmentation du poids des reins et du foie, organes de régulation de la toxicité).
    Il semblerait donc que la barrière des espèces, qui isole normalement chaque espèce des maladies des autres espèces, ne soit pas préservée par l'utilisation des OGM : devons-nous risquer d'autres scandales de masse comme ceux de la vache folle (ESB) ou de la grippe aviaire ?



    Des organismes français m’ont particulièrement sensibilisé par leur sérieux, leur objectivité et leur recherche systématique et construite de résultats probants sans a priori partisan ou militant. Ainsi le CRIIGEN plus particulièrement composé de scientifiques de renom et reconnus (Pelt, Apoteker, Séralini, etc) apparaissent comme des références que les politiques, dont vous faites partie Madame, devraient écouter avec attention sans a priori et sans lien avec les acteurs économiques importants du secteur.



    Dans le projet de loi actuel, un seuil de 0,9 % d'OGM apparemment est autorisé avant l'étiquetage des produits de consommation. Mais aucun étiquetage n'est prévu pour les produits d'animaux nourris aux OGM ; la consultation du public effectuée en 2005 préalablement à la mise en culture de parcelles OGM n'a pas été prise en compte (opinions majoritairement opposées) ; les cultures ne seront pas recensées au niveau communal, ce qui ne permet pas aux maires de mettre en place des mesures de précaution supplémentaires (isolement des parcelles OGM...) ; enfin l'exploitant OGM est simplement soumis à une taxe, ce qui le déresponsabilise de toute contamination, qu'il ne devra pas indemniser personnellement.


    Je constate et regrette une dérive de notre démocratie : 78 % des Français souhaitent une interdiction temporaire des OGM, mais la majorité des députés et sénateurs légalisent le projet de loi autorisant la coexistence des cultures OGM et non-OGM.

    Je vous demande donc, au nom de votre fonction représentative de député, de prendre en compte non seulement la ligne de votre Parti politique, mais aussi de prendre en compte de nombreuses sources d'informations et les avis des citoyens que vous représentez, au travers des lettres, sondages, consultations publiques. Je vous le rappelle, 78 % des Français souhaitent une interdiction provisoire des OGM. Au vu des problèmes de notre époque, les clivages politiques et économiques n'ont que peu d'importance devant les préoccupations de santé et d'environnement.



    Je souhaite que mon modeste témoignage saura vous fournir des éléments supplémentaires à votre vote, que je sais, sera pris en accord avec vos convictions et en votre âme et conscience.


    Je vous prie d'agréer, Madame la Députée, l'expression de mes salutations distinguées.

    By Blogger Vincent BRYANT, at mercredi 19 avril 2006 à 23:00:00 UTC+2  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home


 
pacte écologique
Xiti, Analyse d'audience
marqueur eStat'Perso