Discutons tard ce soir...

06 mai 2007

[Climat] The 4th Assessment Report / Part 2

par Vincent BRYANT à 10:38

Le contexte, le rôle, l'organisation :
Je vous avais présenté synthétiquement dans un précédent billet, le contexte de la sortie du résumé pour décideurs sur The physical Science Basis du Groupe de travail 1 du GIEC, ainsi que le rôle et l'organisation dudit organisme onusien.

Le 4ème rapport d'évaluation :
Après avoir synthétisé pour les décideurs l'état de la science physique sur le Changement Climatique à Paris début février 2007, les experts du Groupe de travail 2 se sont réunis à Bruxelles début avril 2007 pour établir ensemble le résumé pour décideurs de l'évaluation de la vulnérabilité des systèmes naturels et socio-économiques, les conséquences positives et négatives du changement climatique et les options pour s'y adapter.
Quels sont les principaux éléments de cette nouvelle parution ?
Qu'observe-t-on aujourd'hui ?
* De nombreux systèmes naturels, sur tous les continents et dans la plupart des océans, sont déjà touchés par les changements climatiques régionaux :
- augmentation des lacs glaciaires, instabilité croissante des sols gelés et avalanches de roches en montagne.
- modifications de certains écoystèmes des régions arctiques et antarctiques, dont la banquise ; débit accru et crues de printemps plus précoces dans beaucoup de rivières alimentées par la fonte des glaciers et des neiges.
- précocité des événements printaniers : bourgeons, migration des oiseaux et ponte.
- déplacement vers le nord et les pôles d'espèces animales et végétales.
- augmentation des algues et du zooplancton, migrations précoces de poissons et changements de leurs aires de répartition.
A quoi peut-on s'attendre demain ?
* EAU :
- D'ici 2050, le débit moyen des rivières et la disponibilité en eau devraient augmenter de 10 à 40% aux hautes latitudes et dans certaines régions tropicales humides. En revanche, elles devraient diminuer de 10 à 30% dans certaines régions sèches aux latitudes moyennes et tropicales.
- les surfaces affectées par la sécheresse devraient s'étendre.
- les fortes précipitations dont la fréquence augmentera très probablement augmenteront le risque d'inondations.
- déclin des ressources en eau de certaines régions alimentées par l'eau de fonte provenant des grandes chaînes de montagne où vit plus d'un sixième de la population mondiale.
* ECOSYSTEMES :
- 20 à 30% des espèces végétales et animales sont menacées d'extinction si la température mondiale augmente de 1,5 à 2,5°C (par rapport à 1990).
- la capacité de stockage du CO2 par les écosystèmes terrestres (forêts...) devrait culminer d'ici 2050 avant de décliner ou même de se transformer en émetteur net de gaz carbonique, amplifiant le changement climatique.
- la toundra, les forêts boréales, les montagnes, les écosystèmes méditerranéens et les régions côtières sont les plus menacés.
* AGRICULTURE :
- Les rendements agricoles devraient augmenter légèrement dans les régions de moyennes et hautes latitudes (froides) si la température augmente localement de 1 à 3°C selon les cultures, mais pourraient diminuer au-delà.
- aux latitudes plus basses, en particulier dans les régions sèches et tropicales, les rendements devraient diminuer même avec une augmentation locale des températures de 1 à 2°C, augmentant la malnutrition.
* COTES ET TERRES BASSES :
- Plusieurs millions de personnes supplémentaires seront chaque année exposées aux inondations d'ici 2080, particulièrement dans les zones très peuplées et de faible altitude, déjà confrontées aux tempêtes tropicales.
- une augmentation de la température de la mer de 1 à 3°C entraînerait un blanchiment accru des coraux et augmenterait leur mortalité
* SANTE :
- La santé de millions de personnes sera vraisemblablement affectée par la malnutrition, les décès et maladies liés aux vagues de chaleur, inondations, sécheresses, tempêtes et incendies.
- prévalence accrue des maladies diarrhéiques et des maladies cardio-respiratoires dues à des concentrations élevées d'ozone.
- dans les zones tempérées, les effets positifs (moindre mortalité liée au froid) seront plus que compensés par les effets négatifs de la hausse de température et des canicules dans les grandes villes.
* REGIONS LES PLUS AFFECTEES :
- l'Arctique en raison d'un réchauffement plus élevé.
- l'Afrique, en particulier la région subsaharienne, aux faibles capacités d'adaptation.
- les petites îles exposées à la hausse du niveau des mers et aux tempêtes.
- les grands deltas asiatiques.
Conclusions :
Si tous ces impacts futurs ne constituent pas forcément des prévisions exacts mais simplement des tendances géo-temporelles fortes, on peut néanmoins relever que toutes les précautions ont été prises dans le choix des termes pour exprimer la réalité des études et travaux scientifiques synthétisés (pour les impacts futurs, à partir de la page 5/22, une échelle de certitude est à nouveau donnée - page 5/22 - sous forme de nombres d'étoiles).
Pour ceux qui resteraient sceptiques, bonne lecture du résumé pour décideurs, chaque élément est systématiquement accompagné de ses sources.

Libellés :

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home


 
pacte écologique
Xiti, Analyse d'audience
marqueur eStat'Perso